UNE DESCRIPTION DU CHARISME XAVERIEN

UNE DESCRIPTION DU CHARISME XAVERIEN

(Introduction à une définition générale du charisme destiné aux frères, associés et collaborateurs)

Nous, Frères Xavériens, associés et collaborateurs, constituons une vraie famille religieuse qui désire réaliser les aspirations spirituelles que Théodore Jacques Ryken avait en vue pour sa Congrégation (1). En suivant la route tracée par notre Fondateur, nous croyons que la vocation xavérienne est un itinéraire qui situe notre place dans le monde (2), une place caractérisée par l’humilité et la simplicité par lesquelles nous recevons la grâce de nous tourner vers Dieu, de tomber amoureux de Lui et de nous mettre à son service en tant que disciples de Jésus Christ (3). Chacun d’entre nous, par son propre choix de vie, est par conséquent invité à une attention, une simplicité, une flexibilité et une ouverture ‘dans la voie commune, ordinaire et simple de la vie quotidienne’(4). Nous nous unissons à Dieu en menant une vie où la contemplation et le service font un (5). Grâce à notre itinéraire xavérien, l’Esprit de Dieu nous fait prendre connaissance de nos propres potentialités et nous invite à les mettre librement au service de l’évangile. Par notre mission, spécialement parmi les pauvres et les marginalisés, nous aidons les autres à découvrir leur unicité, de sorte que eux aussi, par les dons qui sont les leurs, parviennent à partager avec les autres l’amour de Dieu pour le monde (6). Dans un esprit d’hospitalité nous essayons de faire de notre mieux afin d’être accessibles et disponibles, comme de vrais frères et sœurs, qui accueillent les autres et les accompagnent dans les joies et les souffrances de leur vie.

UNE  DESCRIPTION DU  CHARISME COMME IL EST VECU PAR LES FRERES

En tant que personnes consacrées, nous, Xavériens, choisissons librement de mener une vie ordinaire sans privilèges ni titres, par laquelle nous allons à la recherche de Dieu et acceptons d’être façonnés ‘par la vie ordinaire, simple et discrète de chaque jour’. Motivés par le noble but proposé à notre Congrégation par notre Fondateur, nous prenons comme exemple la vie indivisible de Marthe et de Marie (7). Comme Marie dans la présence de Jésus, nous prenons la meilleure part en nous tournant vers Dieu et en tombant amoureux de Lui. Comme Marthe, nous sommes transformés par cet amour et forcés à nous mettre au service de Jésus par notre serviabilité envers notre prochain (8).

Nous cherchons à réaliser la vision de notre Fondateur en étant ‘une société de frères qui s’entraident, s’animent, s’édifient mutuellement et qui travaillent ensemble’ (9). Nous nous efforçons d’intégrer dans notre prière et contemplation une amitié croissante dans la communauté au moyen d’un dialogue franc et fraternel. Nous comprenons que la route vers la perfection envisagée par notre Fondateur est une route de formation continue (10). Celle-ci se réalise non seulement par la vie communautaire, mais aussi par la pratique personnelle de la prière et de la contemplation. Dans la communauté nous sommes encouragés à découvrir nos dons et nos talents respectifs et à affirmer les talents de nos frères en nous invitant les uns les autres à un plus grand service au Seigneur. Ce faisant nous recevons la grâce et l’appui afin de prendre à cœur les pratiques ascétiques de la pauvreté, du célibat consacré et de l’obéissance en vue du Royaume de Dieu (11).

Nous vivons en communion avec l’Eglise catholique romaine tout en reconnaissant que notre place au sein de notre Eglise consiste à vivre une vie de solidarité et de disponibilité parmi les hommes, tout en renonçant librement à toute soif de pouvoir et de prestige et en témoignant des idéaux de la première communauté chrétienne.

En tant que missionnaires nous sommes envoyés dans le monde afin de participer à la mission d’évangélisation de l’Eglise. Tout comme Ryken nous croyons que l’éducation est le meilleur moyen de favoriser l’épanouissement des jeunes , mais nous nous rendons également compte que l’éducation est une réalité multiforme. Nous considérons notre façon de vivre intimement liée à notre mission. Nous croyons que c’est par notre témoignage de vie évangélique vécue en communauté que nous répondons aux appels de l’Esprit et que nous exprimons l’amour vigilant et compatissant de Dieu envers les hommes de notre temps. Nous sommes appelés à vivre notre mission parmi les pauvres et les marginalisés vivant en marge de la société, mais également parmi ceux qui sont écartés de leur propre moi. Entraînés par un zèle apostolique nous imprégné par l’Esprit et par lequel nous suivons l’exemple de saint François Xavier, nous sommes prêts à abandonner ce qui nous est familier et confortable afin d’aller à travers le monde pour y enseigner les peuples.

 

1. Une allusion à l’apologie de Ryken adressée à l’évêque Jean Baptiste Malou, 1864. CFXGA, 3.5.1.4. : « Par conséquent, ce que j’ai établi en 1839 doit rester une société religieuse authentique… L’esprit que la Congrégation Xavérienne doit avoir c’est l’esprit religieux. Voilà la vocation de toute la communauté, voulue par le fondateur pour lui-même et pour tous ceux qui veulent s’associer à lui. C’est pourquoi cette vocation devrait l’être pour tous, et personne ne devrait oser entrer dans la Congrégation sans aspirer tout d’abord à cet esprit religieux.

2. Cf. le document sur la Spiritualité Xavérienne et l’importance de la ‘place’ pour les mystiques rhéno-allemands (p. 18 et suivantes). Plus d’informations dans le document sur les Formes de Vie Xavérienne (p. 35), dans la section dédiée à la communauté.

3. Cf. la traduction revue de la description de Ryken sur sa conversion (document sur la Spiritualité Xavérienne, p. 25) : « A l’âge de 19 ans, après une profonde humiliation, je me mis au service de Dieu ».

4. Cf. le document sur la Spiritualité Xavérienne, p. 23 : « Ancré dans l’ordinaire, un frère xavérien est en outre invité à s’ouvrir à une vie d’attention, de simplicité et d’ouverture à la vie quotidienne insignifiante. Son chemin est la ‘voie ordinaire’. Il est convié à vivre dans la reconnaissance et le respect pour tout ce qui échappe généralement à notre attention, parce que petit, différent, étrange, insignifiant, cassé ou futile. Pour vivre ainsi, il doit être prêt à s’éloigner de comportements ou d’implications d’arrogance, de privilèges, d’exclusivités ou de port de titres. Il doit être ouvert et hospitalier envers l’inconnu et l’inattendu, doit faire preuve d’esprit d’écoute, doit juger et réagir dans un esprit de croyance, d’espoir et d’amour. »

5. Cf. le plan de Théodore Jacques Ryken (ca 1837-1838) : « Nous voulons attirer l’attention sur l’entièreté du présent plan et réfléchir à deux excellentes qualités qu’on retrouvera dans notre Congrégation et qui sont considérées comme importantes dans l’Eglise : la vie contemplative et la vie active. S’il plaît vraiment à Dieu d’élever notre plan au niveau que nous nous proposons pour Lui plaire, alors les membres auront le privilège de mener aussi bien la vie de Marthe que celle de Marie. »

6. Une allusion
aux Principes Fondamentaux :

Par ta vie de témoignage évangélique
menée en commun avec tes frères,
Dieu désire exprimer 
son amour vigilant et compatissant
pour ceux qui sont séparés et coupés,
non seulement de leurs proches,
mais aussi de leur propre moi ;
pour ceux qui souffrent
par privation, négligence et injustice :
les pauvres, les faibles et les opprimés de ce monde.

7. Cf. Document ‘Conclusion’, p. 98 : «  Le Frère Ryken prit conscience d’un sens de la vie pour lui et pour ses disciples – la vie non-dichotomique de Marthe et de Marie, la ghemeyne leven – et aspira à réaliser ce noble objectif. L’incarnation de cette aspiration se produisit cependant dans la terre de son humanité touchée par la grâce, une humanité touchée par la grâce ‘ordinaire’ de deux façons : (1) autodéterminée à être sans privilèges et sans droits, et (2) ouverte aux irruptions constantes mais douces de Dieu dans la voie simple de la vie quotidienne. »

8. Le service pour Ryken ne se faisait pas pour des raisons humanitaires, mais se comprenait par rapport au service rendu à Sa Majesté.

9. Cf. les Principes Fondamentaux :

« Ceci fut la vision de Théodore Jacques
Ryken lorsqu’il fonda la congrégation :
Une société de Frères
qui s’entraident,
s’animent,
 s’édifient
mutuellement 
et qui travaillent ensemble.

10. Cf. le document sur la Spiritualité Xavérienne sur la vie en commun et sur la vision de Ryken qui souhaitait que tous les frères s’appliquent à leur propre perfection. Cf. aussi les Formes de Vie Xavérienne (p. 34) : « Ryken et les premiers frères insistèrent sur une consécration de nature perpétuelle, pour qu’eux-mêmes et tous les membres futurs puissent vivre leur vie professe in volmaaktheid en geestelijke oefeningen (perfection et exercices spirituels).

11. Cf. la discussion au sujet de la communauté et des conseils évangéliques dans le document sur le Mode de Vie Xavérienne, p. 35-41) Regardez tout spécialement la discussion sur les vœux, p. 39 : « L’expression xavérienne de la vie des conseils évangéliques a toujours comporté une sensibilisation au fait de vivre une vie  ordinaire en communauté. Notre sens de la pauvreté nous inspire à vivre des vies ordinaires en reconnaissant et en appréciant les dons de la création tout en ayant conscience de vivre avec moins plutôt qu’avec plus afin de partager la prodigalité de l’amour de Dieu : ‘le don que tu as reçu, passe-le aux autres comme un don’. Cela nous interpelle à chérir les dons que nous avons en commun et à affronter avec prudence tout mouvement visant une préoccupation en rapport avec la possessivité et l’autonomie. Notre esprit de célibat consacré nous appelle à vivre en tant que Frères les uns pour les autres en communauté ainsi que vis-à-vis de toutes les vies que nous touchons. Cet amour fraternel nous invite à apprécier le caractère unique fondamental de toute personne et à nous opposer à tout mouvement tendant à l’exclusivité, la manipulation ou la possessivité. Il nous appelle à prêter attention aux leçons enseignées par l’expérience de la solitude et du fait d’être seul aux influences formatives qui découlent des défis, des joies et des souffrances que constitue une vie vécue en commun. L’esprit d’obéissance nous invite à écouter attentivement les directives qui se présentent au cours de nos interactions avec les autres , ainsi qu’à d’autres directives qui émergent des situations que nous affrontons et du monde dans lequel nous vivons. Ce même esprit d’obéissance nous invite à évaluer individuellement et communautairement ces directives et à laisser ces évaluations nous guider vers des décisions et des actions qui stimuleront et serviront la vie et la mission de la Congrégation.
La mission et l’apostolat des Frères Xavériens ont toujours été tournés vers les gens ordinaires. Nous faisons constamment face au défi qui consiste à trouver des voies pour que notre vie en commun (plutôt que nos talents et nos ressources) témoigne de l’Evangile que nous offrons à ceux que nous servons. Pour vivre en solidarité avec ceux que nous servons et pour être disponibles envers eux, nous devons vivre une vie ordinaire qui partage les éléments communs de la vie – les dons et les limitations, la grâce et le péché. Nous devons réellement vivre comme des Frères afin de fournir un témoignage authentique à ceux que nous servons. »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*